JavaScript doit être activé pour pouvoir utiliser cet outil. Activez JavaScript, puis rechargez cette page pour continuer.

 

Picot Charles - (1799-1861)

Inventeur – Collectionneur d’art - Donateur du musée

Image 1333696276

Charles Picot naît à Châlons à la fin de la Révolution, le 14 ventôse an VII, soit le 4 mars 1799.

Son père est à l’époque cabaretier meunier à la sortie de Châlons en direction de Sainte-Ménehould.

Charles, cadet d’une famille de six enfants, se destine à la menuiserie.

Il a la passion des inventions et reçoit en 1831, une médaille de la Société Académique de la Marne pour une scie mécanique perfectionnée.

Il met au point dans son atelier, 21 rue Saint-Jacques (rue Léon Bourgeois), une machine à couper le bois de placage, sans perdre l’épaisseur du sciage, applicable aussi au traitement de l’écorce pour la tannerie.

Cette découverte assure sa fortune et lui laisse le loisir de faire d’autres découvertes comme un échafaudage mobile, une machine à moissonner et à faucher, etc.

Les récompenses se suivent. En 1839, il reçoit deux médailles, une de bronze et une d’argent, à l’Exposition nationale des Produits de l’Industrie de Paris. Lors de l’Exposition universelle de 1855, il obtient une médaille de première classe.

Sa fortune lui permet de constituer une collection d’œuvres d’art. Son nouveau domicile du 34 rue Grande Etape, acquis en 1841 se transforme en «cabinet de curiosités » où il présente du mobilier raffiné, des tableaux, sculptures, ivoires, porcelaines, armes et autres objets historiques.

Il n’en continue pas moins d’inventer de nouvelles machines, dont plusieurs dans le domaine du champagne.

En 1852, Charles Picot établit son testament dans lequel il déclare léguer à sa mort son cabinet de curiosité à la ville de Châlons pour constituer un musée. Au total, ce sont 275 objets d’art, dont des peintures de premier ordre, qui vont intégrer les collections du musée après son décès survenu le 18 novembre 1861.

Depuis 1869, une rue de Châlons porte le nom de Charles Picot. La ville lui a par ailleurs érigé un monument funéraire, au cimetière de l’Ouest.

En 2008, la collection Picot a fait l’objet d’une exposition au Musée de Châlons et a donné lieu à l’établissement d’un catalogue.

 

Jean-Baptiste François - (1792-1838)

Pharmacien-chimiste

Image 1333696276

Jean-Baptiste François, fils d’un marchand de fer, naît à Saint-Mihiel dans la Meuse le 6 février 1792.

Après ses études, il entre dans un hôpital militaire pour y apprendre la pharmacie.

En 1815, il s’installe à Châlons comme employé du pharmacien Joseph-Simon Tisset (1761-1816). Il épouse en 1816 la nièce de son employeur et reprend l’officine à sa mort.

Il effectue des travaux sur les vins de Champagne.

En 1826, il découvre le moyen de supprimer la «graisse», maladie du vin blanc entraînant des pertes importantes, grâce à un extrait alcoolique à base de noix de galle qu’il crée.

Ses travaux donnent lieu à un « Mémoire sur la cause de la graisse des vins et sur le moyen de la détruire ou la prévenir » qui est lu et publié en 1829.

Il travaille aussi sur la prise de mousse et sur le problème de casse de bouteilles de champagne qui est alors de l’ordre de 20 à 30% de la production. Ainsi en 1836, il invente un densimètre spécial, le gleuco-oenomètre, qui permet d’évaluer la quantité d’acide carbonique contenu dans le moût, de proportionner par la suite la force expansive du vin à la résistance des bouteilles, donc d’éviter les pertes par casse et aussi de doser le sucre.

Le procédé est appélé la « réduction François »

Il publie un « Traité sur le travail des vins blancs mousseux » en 1837.

Il décède en 1838, à 46 ans, à Châlons dans sa demeure rue d’Orfeuil.

Une rue de Châlons porte son nom depuis 1869.

 

NAVLET Jean-Baptiste - (1792-1873)

Professeur de dessin

Jean-Baptiste Navlet naît à Châlons le 13 novembre 1792. Son père, Jacques Navlet, étant vannier. Il poursuit la même voie. Il se marie le 25 mars 1816 avec Madeleine Canon, native comme lui de Châlons. De cette union naîtront quinze enfants. A partir de 1833, il est recruté comme professeur de dessin à l’Institution Gosserez puis comme maître adjoint de dessin linéaire à l’Ecole normale primaire de Châlons et en 1847 à l’Ecole normale supérieure. En 1841, il publie « Principes du dessin linéaire à vue », puis en 1846 « Les principes de dessin d’architecture » ainsi qu’un « Atlas comprenant 30 planches de dessin linéaire à vue ». Il publie également des « Exercices de dessin d’ornement ». Jean-Baptiste Navlet décède à Châlons le 22 août 1873.

Mais il aura donné le goût des arts à trois de ses quinze enfants : Victor, Joseph et Gustave.

 

Appert Nicolas - (1749-1841)

Inventeur de l’appertisation

Image 1333696276

Nicolas Appert naît le 17 novembre 1749 à Châlons, à l’auberge du Cheval Blanc tenue par son père, Claude Appert et située aux 16 et 18 de la place Saint-Jean actuelle.

Le jeune Nicolas passe sa jeunesse avec ses frères et apprend, comme c’est l’usage chez les artisans commerçants de l’époque, le métier des parents: il est tour à tour cuisinier, sommelier, caviste...

En 1784, il s’installe confiseur rue des Lombards à Paris.

Il s’intéresse à la conservation des aliments.

Il expérimente alors divers procédés basés sur le chauffage des aliments; il découvre qu’en les chauffant dans un récipient hermétiquement clos, le produit se conserve indéfiniment; l’appertisation est née, et ses premières conserves sont effectuées dans des bouteilles de vin de champagne. Rapidement, il développe sa découverte et pour cela il installe un atelier en 1795, près de Paris. Ses produits sont alors diffusés principalement auprès de la Marine.

En 1806, il présente pour la première fois ses conserves lors de l’exposition des produits de l’Industrie française : le jury ne cite même pas la découverte.

Mais à la même époque la marine teste ses conserves; ce ne sont que des éloges.

Appert renonce à déposer un brevet et à l’argent qu’il aurait ainsi pu gagner pour permettre au plus grand nombre de pouvoir bénéficier de sa très utile découverte.

Dès cette époque des conserveries apparaissent tant en France qu’à l’étranger. En Angleterre où son procédé est appliqué, les conserveurs utilisent du fer. Appert décide de perfectionner ce nouvel emballage.

Ses travaux ne se limitent pas à la conservation; il découvre le procédé de chauffage des vins, dit de «pasteurisation». Il parvient en 1827 à concentrer le lait...

A 86 ans, il cède son entreprise et se retire des affaires à Massy.

Aimé de tous, mais dans le plus grand dénuement, il meurt cinq ans plus tard.

Son nom est honoré à Châlons par une rue depuis 1952, un collège depuis 1966, une plaque commémorative sur sa maison natale et une statue colonne, créée en 1991 devant l’Hôtel de région. Outre Châlons, soixante et onze villes françaises, ainsi que Montréal au Canada, ont donné le nom de Nicolas Appert à une de leurs rues.

 

Claude Rémy Buirette de Verrières - (1749-1793)

Naît à Verrière en Argonne.

S’installe à Châlons comme avocat. Il rédige plusieurs documents historiques : notamment une ode sur les embellissements de Châlons-sur-Marne, des « Annales historiques de la ville et comté-pairie de Chaalons-sur-Marne », « Les états de Champagne : à la ville de Châlons », « Prospectus d’un dictionnaire généalogique et historique de la noblesse et de l’Histoire générale de la Champagne ».

S ‘installe à Paris en 1788. Meurt à Bruxelles

 

Pierre Bayen - (1725-1798)

Pharmacien-chimiste

Image 1333696276

Considéré aujourd’hui comme le père des pharmaciens militaires, Pierre Bayen naît le 7 février 1725 dans la boulangerie familiale de la rue Saint-Jacques, actuelle rue Léon Bourgeois.

Après ses études à Châlons puis au collège de Troyes, il devient, en 1747, apprenti apothicaire à Reims. Deux ans plus tard, il se rend à Paris pour poursuivre dans cette voie.

En 1755, sa carrière s’oriente vers l’exercice de la pharmacie dans le cadre des armées. En 1757, il a sous ses ordres Augustin Parmentier (qui deviendra le célèbre agronome promoteur de la consommation de la pomme de terre) avec lequel il se lie d’amitié.

Pierre Bayen est chargé de la mise en place d’un véritable «Service de pharmacie des Armées », qu’il organise avec rigueur et détermination. Ainsi, en 1766, il est nommé « apothicaire-major des camps et des armées du Roi ». C’est le premier titulaire de cette charge permanente qui vient d’être créée.

Il participe à la réforme du Service de santé.

Il mène parallèlement des travaux de chimie qui lui valent d’être considéré comme « un des créateurs de la grande révolution chimique moderne ». (1)

Ses recherches ont probablement grandement inspiré le chimiste Lavoisier, dans la découverte de l’oxygène qui l’a rendu célèbre.

En 1781, Pierre Bayen est chargé des hôpitaux militaires et entre en 1788 avec Parmentier au Conseil de santé.

En 1796, il est nommé inspecteur général du Service de santé des armées de la République.

Malade, il meurt le 27 pluviôse an VI (15 février 1798) à Paris.

Son nom est honoré à Châlons par une rue depuis 1869, un lycée depuis 1972.

Son portrait en grisaille orne le grand vestibule de l’Hôtel-de-Ville.

L’hôpital militaire de Châlons, inauguré en 1907, en hommage au rôle important que Pierre Bayen a joué dans la création des Services de santé des armées, a porté son nom jusqu’à sa fermeture en 1999.

Il existe une rue Pierre Bayen à Paris dans le 17ème arrondissement.

(1) Foucroy : Art. Chimie de l’Encyclopédie méthodique et journ. de la société des ph. De Paris, 1798.

Sommaire

Actions rapides

Partager

Votre avis compte pour nous !

Cette page vous a été utile ?